Cappadonna - Eyrth, Wynd and Fyre

Le 26 février a vu la sortie officielle du septième album de Cappadonna aka la dernière roue du carosse Wu-Tang. Il s'agit de Eyrth, Wynd and Fyre, qui contient 2 cds et qui appartient au label RBC Records. Beaucoup de personnes pensent qu'il n'est pas vraiment un membre du Wu-Tang, mais j'ai lu dans une interview de RZA datant de la sortie de 8 Diagrams que Cappadonna avait enfin acquis le statut de membre officiel. Au vu de ce qu'il a accompli, il le mérite même si d'autres rappeurs comme Killah Priest et Redman sont plus talentueux. Depuis The Cappatalize Project sorti en 2008, il est assez prolifique et ne veut pas se faire oublier.

Concernant Eyrth, Wynd and Fyre la couverture laisse à désirer et nous fait penser qu'on va avoir affaire à une mixtape. Avec le premier morceau on est d'abord rassuré par le professionnalisme du concerné. Premier constat : Cappadonna a faim. Il sent qu'il a encore quelque chose à prouver. Il est comme un pitbull ayant vécu dans une cave toute sa vie. Via cet album il transmet une telle motivation qu'on ne peut rester de marbre. Durant sa carrière il a connu une période durant laquelle il avait régressé au niveau du flow. Ici il a redressé la barre et rappelle presque le milieu des années 90 durant lesquelles on le considérait comme très prometteur.

La production, réalisée principalement par J.Glaze, est largement convaincante bien que peu innovante. Le titre Creature Feature me donne des frissons avec son sample de violon qui surgit de nulle part. Par contre les autres producteurs présents mis à part Kevlaar 7 et G-Force (Whaul, DJ Snips, Stu Bangas, Keelay & Zaire, Cosmos Shine et Chris Bay) sont en deçà avec leurs samples anodins et prévisibles. Avec les 28 plages de l'album, on peut donc s'attendre à ce que tous les sons ne soient pas inoubliables. Le deuxième cd, qui regroupe tous ces beatmakers de seconde zone, est clairement moins bon que le premier et ressemble presque à un bonus facultatif. Il confirme cette crainte d'avoir affaire à un opus "mixtapish". Dommage car la bonne impression donnée par le premier cd s'amenuise pas mal avec le second.

Globalement Cappadonna a quand même compris qu'il faut qu'il reste en mode underground. En effet ses sons commerciaux n'ont pas marché et ont éloigné pas mal de ses fans initiaux. En terme d'instru je continue à avoir une préférence pour The Pillage et même Pilgrimage, mais je trouve que Cappadonna demeure intéressant à écouter dans Eyrth, Wynd and Fyre. De plus il n'est pas éclipsé par ses congénères du Wu-Tang, absents. D'ailleurs les featurings, bien que régulièrement présents, ne sont pas très nombreux : Show Stopper, Solomon Childs, Lounge Mode et Sav Killz. Ils font du bon boulot même s'ils ne m'ont pas impressionné non plus.

Cappa nous a fourni un bon album qui aurait pu acquérir le statut d'excellent s'il avait juste conservé ses 15 meilleurs titres par exemple. En gros si vous considérez le premier cd comme étant le véritable album accompagné d'un second cd faisant office de cadeau, vous serez satisfaits. Mais la déception sortira victorieuse si vous prenez en compte l'ensemble du double album. Sortir un projet aussi long demeure définitivement périlleux.

 

Tracklist:

01 – Real Life
02 – The Body Rock
03 – Boogah Hill
04 – Hustle Game Tight
05 – The Better Life Movement
06 – Pull Ya Life Together
07 – Puffed on Pride
08 – Creature Feature
09 – In the Dungeon (Ft. Show Stopper)
10 – Rap is Like Crack (Ft. Solomon Childs)
11 – God Forgive Me for My Sins
12 – Back to School
13 – Children of Israel (Ft. Show Stopper)
14 – Net Surfin (Ft. Show Stopper)
15 – Free Lunch (Ft. Lounge Mode)
16 – Real Talk (Ft. Lounge Mode)
17 – Welfare (Ft. Sav Killz)
18 – Bar B Que (Ft. Lounge Mode)
19 – Actual Facts (Ft. Sav Killz)
20 – Rep Ya Borough (Ft. Lounge Mode)
21 – Live Ya Life (Ft. Lounge Mode)
22 – Chains
23 – Socializing (Ft. Lounge Mode)
24 – It’s A Man’s World
25 – Baby Mommas
26 – Ease on Down the Road
27 – We Hood Rich Now
28 – Uncle Gem’s Rice

Genres : 
Extrait Audio
Note : 
Average: 5 (3 votes)